Janvier 2018
D L M M J V S
 
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 

Châtaigne

 

Les chiffres clés 


Une production très majoritairement localisée en Ardèche, et pour une petite part en Drôme.

Un  potentiel d’environ 5000T de châtaignes, produites sur à peu près 5000 ha, soit autour de 40 % de la production française de châtaignes.

Selon les années, 25 à 30 % de la production régionale est produite sous l’AOP «Châtaignes d’Ardèche». 250 opérateurs sont habilités sous ce signe officiel de qualité.


Une production  réalisée pour majeure partie sur vergers de pente, sur arbres souvent centenaires voir pluri-centenaires, dans des secteurs où rien d’autre ne peut être cultivé. Et pour une petite partie sur vergers récents, plantés d’arbres de moins de 50 ans.
deux coopératives et une bonne quinzaine de metteurs en marché indépendants.


La région Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des deux grands pôles de transformation de châtaigne avec le sud-ouest : quatre grandes entreprises de transformation de la châtaigne fraîche, deux entreprises de transformation de produits secs d’envergure nationale ou internationale et un grand nombre de producteurs transformateurs de taille variable selon les exploitations.
(sources : SDCA-CICA, PNR des Monts d'Ardèche)

La filière châtaigne est tirée par la demande en matière à destination de l’industrie. La production française est actuellement déficitaire vis à vis des besoins de l’industrie de transformation. Les gros calibres partent en frais pour le marché intérieur et l’export, sur la période automnale, principalement jusqu’aux fêtes de fin d’année. L’industrie couvre des produits allant de l’emblématique crème de marron à tout une gamme de produits sans gluten. L’un des enjeux majeurs est donc d’arriver à répondre à cette demande.
Un programme de reconquête de la châtaigneraie est en cours. Son objectif est à la fois de remettre en exploitation des vergers non entretenus, mais il contient aussi des attentes fortes concernant la création de nouveaux vergers par la plantation et le greffage.

Deux principaux freins à ce programme sont à surveiller :

 

  • Le développement du cynips va occasionner des pertes de récolte importantes sur les vergers dans les années qui arrivent.
  • L’encre (champignon racinaire entraînant la mort de l’arbre) décime un nombre important de vergers anciens et productifs sur des secteurs où il est très difficile de replanter.
Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS