Février 2018
D L M M J V S
 
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
25
26
27
28
 

Filière bovins-viande

Les Chiffres clés

652 900 vaches allaitantes (16,1 % part France)

13 000 exploitations spécialisées bovins viande,

2e rang national en nombre de vaches allaitantes

Un cheptel allaitant concentré sur l’ouest de la région orienté principalement vers le naissage : 67 % du cheptel est détenu par les départements de l’Allier, du Cantal, du Puy de Dôme et de la Loire.

- Fort de l’apport de ces berceaux, les races se diversifient avec un bassin Charolais traditionnellement plus orienté vers l’engraissement au nord et rustique au sud caractérisé par sa zone de naissage.

- la production de veaux de boucherie est une des spécificités de la filière viande des départements Loire, Ain et Isère.

- les metteurs en marché : un réseau de 14 coopératives et associations, plus de 200 entreprises de négoce et 4 marchés de gré à gré qui approvisionnent,

- les débouchés : 26 abattoirs régionaux, exportation de bovins maigres à l’encontre de voisins européens et de pays tiers. L’Italie reste le principal débouché des animaux maigres.

(Sources : FranceAgriMer, BDNI, Normabev, DRAAF Auvergne Rhône-Alpes)

Forces et faiblesses

La filière viande bénéficie de trois atouts :

- un cheptel important et des berceaux de races sur l’ouest de la nouvelle région,

-des outils d’aval privés et coopératifs ancrés sur le territoire

-et un bassin de consommation qui permet de valoriser la production de viande.

 

Elle vit une crise profonde à la fois structurelle et conjoncturelle :

difficultés de valorisation des bovins tant en gras qu’en maigre ne permettant pas une rémunération décente  des producteurs qui de plus sont confrontés à des coûts de production en hausse.

la production de viande est une activité qui présente une certaine inertie et qui nécessite de la lisibilité pour l’ensemble des acteurs.

en aval, les entreprises sont confrontées à un afflux de  femelles laitières et une consommation atone qui pénalise les cours des bovins allaitants. La forte saisonnalité accentue cet état de fait.

La consommation de viande hachée se développe et paradoxalement le cours de la viande pour haché s’effondre et les stocks s’accumulent en surgelé.

Objectifs :

poursuivre le développement de la  contractualisation et dans une vision partagée des enjeux de la filière.

reconnaissant la prédominance de la zone de naissage sur le bassin Auvergne-Rhône-Alpes, s’adapter au mieux aux marchés à l’export afin de valoriser la production de bovins maigres. 

Eleveur en bovins viande, pourquoi pas moi ?

Eleveur de veaux sous la mère en agriculture biologique, pourquoi pas moi ?

 

 

Eleveur de veaux de boucherie, pourquoi pas moi ?

Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS