Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Les présidents des Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes, vent debout contre l’annonce de la réduction de leurs moyens d’action !

Les présidents des Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes, vent debout contre l’annonce de la réduction de leurs moyens d’action !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le Gouvernement a confirmé une baisse de la TATFNB (taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti) : moins 15 % en 2020, pour cette contribution destinée au financement du réseau des Chambres d’agriculture. En Auvergne-Rhône-Alpes, c’est un montant de 5,7 millions d'euros, soit - 7 % pour le budget des Chambres d’agriculture. Argument de l’Etat, « donner plus de pouvoir d'achat aux agriculteurs »… De qui se moque-t-on ?!

En matière de « pouvoir d’achat des agriculteurs », l’économie que représenterait  cette mesure pour les propriétaires de terrain agricole et forestier est de l’ordre de 1 euro par hectare !  Pour les agriculteurs de notre région, qui ne sont pas propriétaires de l’ensemble de la surface qu’ils cultivent, c’est donc potentiellement un gain de l’ordre de 10 à 20 euros par an ! Pas de quoi redresser leurs finances ! Par contre, mettre à mal celles des Chambres d’agriculture qui les accompagnent au quotidien dans leur travail, ça c’est sûr et c’est ce contre quoi les élus des Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes, réunis hier, lundi 22 juillet s’insurgent.

 

Les membres du  bureau de la Chambre régionale d’agriculture relèvent ainsi la « contradiction » entre cette future coupe budgétaire et « les ambitions » que le gouvernement affiche pour le réseau. La signature d’un contrat d’objectifs est prévue avant la fin de l’année et la loi Essoc a confié de nouvelles missions aux Chambres pour accompagner les agriculteurs vers une agriculture durable multi fonctionnelle sur l’ensemble des territoires ruraux de notre région. Les Chambres d’agriculture sont un outil mutualisé d’intérêt général au  profit des agriculteurs, des forestiers des collectivités et des territoires. Les affaiblir financièrement, c’est mettre à mal cette mutualisation renvoyant chacun soit à l’absence de services et d’accompagnement, soit à des services nécessairement plus couteux que certains agriculteurs auront du mal à payer !

 

Les présidents des Chambres d'agriculture d'Auvergne-Rhône-Alpes ne peuvent se résoudre à une décision strictement financière qui, sans réel gain pour les agriculteurs, conduirait au contraire à l’affaiblissement du développement économique de notre agriculture et de nos territoires ruraux. Ils entreprennent d’ores et déjà des démarches auprès de nos parlementaires régionaux pour les sensibiliser à la question.