Vous êtes ici : Accueil > NOTRE AGRICULTURE > Agriculture en Auvergne-Rhône-Alpes > Filières végétales > Grandes cultures et semences

Grandes cultures et semences

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
 
 
Grandes cultures, les chiffres clés 2017

Les céréales et oléo protéagineux (COP) : 639 000 hectares en Auvergne-Rhône-Alpes, soit 22.5 % de la SAU des exploitations.

  • Plus d’une exploitation régionale sur deux cultivent des COP mais 18%  sont  spécialisées en COP (10 149 exploitations pour l’OTEX).
  • 61 % des surfaces en COP sont occupées par le blé (252 000 hectares soit 39 %), le maïs grain et semences ( 149 000 hectares soit 23 %).
  • Les betteraves sucrières occupent plus de 5 000 hectares, dans l’Allier et le Puy-de-Dôme.

(Sources : Agreste – statistique agricole annuelle 2017)

Semences, les chiffres clés 2017

27 445  hectares dans la région  soit 7.2 % de la superficie nationale en production (récolte 2016) situés principalement et par ordre décroissant dans la Drôme (9 611 ha), le Puy-de Dôme (6 951ha), l’Isère (6 233 ha), et l’Ain (2 350 ha).

La région concentre environ 20 % des surfaces françaises de maïs et sorgho et 30% des tournesols  semence.

  • 91 % de la surface en multiplication de semence de la région concerne la production de semences de maïs, d’oléagineux et de céréales à paille..


Les oléagineux (le soja et le colza semence ) et le sorgho ne sont présents qu’en Rhône-Alpes, pour les semences fourragères, la région Auvergne est plutôt orientée trèfle d’Alexandrie et lentille, la région Rhône-Alpes luzerne et espèces gazonnantes ; pour les potagères, la liste des espèces en multiplication est assez diversifiée dans chacune des régions (haricot nain, lentille, ail, échalote, chicorées, courge-courgette, oignons, betterave, carotte....) ; à noter, la filière semences d’ail en Drôme qui avec 406.43 ha représentent 84.4 % des surfaces nationales .
(Sources : GNIS-récolte 2016)

La région Auvergne-Rhône-Alpes présente de nombreux atouts pour la filière de multiplication des semences :
  • un savoir-faire technique de haut niveau
  • une capacité à produire une grande diversité d’espèces et de variétés,
  • des conditions pédoclimatiques favorables à une production de qualité et régulière,
  • un réseau d’irrigation bien développé,
  • des entreprises semencières performantes et des outils industriels compétitifs,
  • un accompagnement technique et syndical bien structuré,
  • et enfin, un nombre important d’îlots de production protégés pour le maïs et le tournesol.

Les contraintes actuelles sont la concurrence à l’international voire au national, les coûts de production trop élevés, un contexte réglementaire très contraignant et un différentiel de rémunération semence / grain insuffisant pour certaines espèces.

L’enjeu majeur de cette filière est de maintenir les exploitations grâce à la plus-value importante de ces productions semencières :
en maintenant une rémunération intéressante pour les producteurs ;
en développant autant que le marché le permet les surfaces toutes productions de semences confondues et en relevant les défis techniques

Zoom sur la filière maïs semence
  • La filière maïs semence française est depuis longtemps leader dans son activité au niveau européen. Le niveau de production française est de  66 811  hectares en  2016
  • De plus, des outils industriels spécifiques assurent l’usinage de la production et sont implantés dans la région pour les entreprises suivantes : Coopérative Dauphinoise, Monsanto, Top Semence et Valgrain. Dans la région Auvergne, la profession est également bien structurée au sein du syndicat des producteurs de maïs semences des Limagnes et du Val d'Allier et avec l'implantation du groupe Limagrain.
  • En 2017 l’Allier pèse pour 5 305 ha devant la Drôme 2 840, et l’Isère 1 501 ha.

(sources : SPSMS Rhône-Alpes et Limagne Val d'Allier, GNIS (2017), fiches filières Drôme- 2013)



CONTACT(S)

Jean-François PONSOT
Chef de service
Appui au développement économique des filières
jean-francois.ponsot@aura.chambagri.fr